Vos huiles essentielles sont-elles de qualité ? 6 critères pour vérifier.

/, huile essentielle/Vos huiles essentielles sont-elles de qualité ? 6 critères pour vérifier.

Vos huiles essentielles sont-elles de qualité ? 6 critères pour vérifier.

Le choix d’une huile essentielle ne doit pas relever du petit bonheur la chance, ne doit pas reposer uniquement sur la notoriété d’une marque, ni être influencé par une publicité attractive ou un packaging séduisant, ne peut être fiable seulement parce qu’elle est bio, et ne doit certainement pas non plus se réduire à la question du prix.

Il est ESSENTIEL de choisir ses huiles essentielles sur la base d’autres critères pour pouvoir en garantir le niveau de qualité, et donc d’EFFICACITÉ au niveau thérapeutique.

Critère #1 : une huile essentielle doit être 100% PURE et 100% NATURELLE.

En effet, ce que l’on recherche en aromathérapie, c’est de bénéficier des propriétés bénéfiques des extraits de plantes : pas de produit coupé avec d’autres substances, et encore moins des substances chimiques.

Par ailleurs, une huile essentielle qui serait diluée même avec une substance naturelle va perdre de sa concentration, donc de son efficience. Là, ce que l’on recherche ce sont des huiles pures, et non des mélanges tout fait pour tel et tel bienfait.

Je prends l’exemple d’une marque très connue qui propose l’huile essentielle de camomille noble à 100% … et une autre version dans laquelle il n’y a que 10% d’huile essentielle de camomille noble, le reste étant de l’huile végétale. La dernière préparation n’est pas « mauvaise » en soit, mais vous ne pouvez nullement attendre d’elle la performance thérapeutique de sa version pure.

Critère #2 : une huile essentielle doit être 100% INTÉGRALE.

 

Cela signifie que la distillation de la plante a été complète et sans interruption.

Si ce n’est pas le cas, l’huile essentielle ainsi obtenue ne contient pas toutes les molécules bénéfiques recherchées.

Et ça, c’est très dommage … parce que ça se trouve, vous acheterez une huile pour ses bienfaits sur les articulations mais que les molécules favorables aux l’articulations ne se développent que dans la phase ultime de la distillation … donc ! Vous en êtes pour votre argent, et vous direz que l’aromathérapie, c’est « nul », alors que vous n’avez simplement pas acheté un produit de qualité.

Critère #3 : une huile essentielle doit être définie par sa DÉNOMINATION SCIENTIFIQUE LATINE.

L’aromathérapie est un savoir et une pratique thérapeutiques basés sur la connaissance scientifique et médicinale de la botanique. La méconnaissance des spécificités botaniques précises d’une plante entraîne le risque d’usage inapproprié et d’effets secondaires non désirés. Raison pour laquelle, dans la pratique de l’aromathérapie, on ne peut se fier uniquement au nom commun, souvent imprécis, parfois trompeur.
La dénomination scientifique latine est la seule option d’identification précise et correcte de la plante utilisée.

En la matière, cette dénomination nous permet d’accéder aux informations suivantes : le genre et l’espèce botaniques. Le cas échéant, sera également précisé la sous-espèce ou la variété cultivée, ou le type d’hybride.

Voici quelques exemples pour vous permettre de mieux comprendre les informations sur un flacon d’huile essentielle.

Nom Commun :                  Marjolaine des jardins ou Marjolaine à coquilles
Dénomination latine :       Origanum Majorana
Genre         Espèce

Nom Commun :                  Petit grain bigarade
Dénomination latine :       Citrus aurantium ssp amara
Genre    Espèce            Sous-espèce

Nom Commun :                  Palmarosa
Dénomination latine :       Cymbopogon martinii var. motia
Genre              Espèce            Variété

Nom Commun :                  Lavandin
Dénomination latine :       Lavendulaburnatii  clone super
Genre             Espèce          Hybride   –   X étant le signe de l’hybridation

Certaines huiles essentielles ont plusieurs dénominations latines.
Exemple :
Nom commun :                 Camomille noble   ou   Camomille romaine
Dénomination latine :     Chamaemelum nobile    ou     Anthemis nobilis

À ne pas confondre avec la camomille allemande ou matricaire dont la dénomination latine est matricaria recutita

Critère #4 : une huile essentielle doit être définie par son CHÉMOTYPE.

Le chémotype est la carte d’identité de la plante, c’est l’indication de sa race biochimique. Il est intimement lié au biotope dans lequel la plante s’est développée, a été cultivée. En effet, deux plantes à la même définition botanique vont développer des caractéristiques biochimiques différentes selon le lieu et le type de sol dont elle est issue.

Le chémotype permet de connaître avec la précision la plus juste et la plus fiable  les principes actifs de la plante, ses qualités thérapeutiques et ses toxicités éventuelles.

Il est donc indispensable de choisir une huile essentielle chémotypée. Cette mention doit clairement apparaître sur le flacon de l’huile essentielle.

Selon les marques, elles utiliseront un label garantissant le chémotype, qui peut être le label HECT (huile essentielle chémotypée) ou HEBBD (huile essentielle botaniquement et biochimiquement définie). C’est un plus lorsque vous achetez vos huiles essentielles en France, mais ce sont des labels qui ne sont pas usités au Québec : fiez-vous alors à la mention du chémotype.

Critère #5 : une huile essentielle doit être définie par sa PARTIE DISTILLÉE

Exemples : pour l’huile essentielle de petit grain bigarade : les feuilles ; pour l’huile essentielle de pin sylvestre : les aiguilles ; pour l’huile essentielle de laurier : les fleurs.
Il est très important qu’elle soit mentionnée sur le flacon de l’huile essentielle car les caractéristiques de l’huile (donc ses effets et toxicités éventuelles) dépendent aussi de la partie du végétal qui est distillée.

Critère #6 : une huile essentielle doit être d’origine BIOLOGIQUE

…. ou ad minima issue de l’agriculture raisonnée. Certaines huiles essentielles sont extraites de plantes de culture sauvage, ce qui est un excellent gage de qualité.

L’huile essentielle, parce qu’elle est issue de la distillation, est une substance très concentrée.
Un concentré des principes actifs de la plante … mais si celle-ci est pleine de pesticides du fait de son type de culture, et bien les pesticides vont aussi se retrouver sous forme concentrée dans l’huile essentielle. Et ce n’est absolument pas ce que nous recherchons !

2017-10-09T01:52:48-05:00

Leave A Comment

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]