Le risotto … j’aime tellement ça ! c’est un plat que je trouve à la fois simple et à la fois complexe ; un plat chaleureux et distingué. Par contre, qu’est-ce que ça m’horripile d’aller dans un restaurant et d’y découvrir un risotto qui ressemble à de la bouillie pour bébé tant il a été trop cuit, ou trop sec tant il a été bâclé ! Je me souviens il y a une quinzaine d’années en arrière, le risotto était une des recettes fantasmées à la quelle je n’osais pas m’attaquer … et puis, un jour, je me suis lancée sous la supervision d’une cuisinière italienne, et là, j’ai compris le truc !

En cuisine, on dit que les meilleurs plats sont ceux qui sont préparés avec amour , et je suis bien d’accord avec cela ! Et le risotto … selon moi, ou plutôt mon expérience, c’est vraiment une question d’amour et d’attention !
Il est très susceptible, Signor Risotto : manquez de patience et bousculez-le, et il va vous en rester la dent dure. En bon Italien, il a une tendance certaine à la jalousie : mitonnez-le en ayant des pensées vagabondes sur un(e) autre, et il se montrera insipide de bouderie.

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas cuisiné un risotto, bien quelques mois même. Et puis, aujourd’hui, en farfouillant dans mes placards, j’ai trouvé un fond de riz arborio qui m’a tout de suite lancé un beau clin d’oeil ! Et le risotto – même s’il se savoure en toutes saisons – sait se montrer particulièrement généreux en réconfort pendant les froides journées d’hiver. C’était parfait !

Et hop ! C’était parti pour un risotto aux légumes … et à l’improvisation ! J’adore ça, farfouiller dans mes placards et mon frigo et faire : oh je vais mettre ça … et si j’ajoutais une petite touche de ceci … tiens, il me reste de ce truc, allez j’en mets ! C’est exactement ce qu’il s’est passé ce midi dans ma cuisine. Et comme je sortais d’une grosse séance de travail, ça m’a fait un bien fou pour me rafraichir les neurones !

Donc … la voici, la recette :

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 130 g de riz arborio
  • 250 g de patate douce
  • 10 beaux choux de Bruxelles
  • 8 champignons café frais (ou champignons de Paris)
  • 8 feuilles de sauge fraîche
  • 5 tomates séchées
  • 1 petite échalote française
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cuillerée à soupe de graines de courge
  • 2 cuillerées à soupe de parmesan râpé
  • 1 cuillerée à soupe bombée de cottage cheese
  • 1/2 cube de bouillon de légumes
  • 25 cl de vin blanc sec + 30 cl d’eau
  • Huile d’olive, sel, poivre.

Note : 1 cuillerée à soupe = 1 cuillerée à table

Ma préparation :

  1. Préchauffez le four à 220°C (425°F).
  2. Pelez la patate douce et coupez-la en cubes de 2 cm environ. Déposez les cubes de patate douce dans un petit saladier avec 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive et mélangez bien.
    Disposez la patate douce dans une plaque de four couverte de papier sulfurisé (papier parchemin) ; placez dans le four pour 10 minutes de cuisson.
  3. Nettoyez les choux de Bruxelles et tranchez-les en deux dans le sens de la longueur. Badigeonnez-les d’huile d’olive. Réservez.
    Épluchez l’échalote et l’ail. Ciselez l’échalote en tout petit dés et pilez l’ail.
  4. Dans une sauteuse à fond épais, versez un filet d’huile d’olive et faites-y revenir l’échalote et l’ail pendant 2 minutes, puis ajoutez le riz arborio et mélangez bien dans la matière grasse. Faites revenir environ 1 à 2 minutes pour qu’il devienne translucide.
  5. Ajoutez le demi cube de bouillon, le vin et l’eau dans le riz, portez à ébullition puis réduisez à feu doux et laissez mijoter pendant 15 minutes à découvert tout en remuant de temps en temps.
  6. Retournez les cubes de patate douce dans la plaque, ajoutez à côté d’eux les choux de Bruxelles, et enfournez de nouveau pour 10 minutes de cuisson.
  7. Tranchez les champignons café en deux. Hachez les feuilles de sauge à l’aide d’un couteau. Émincez les tomates séchées. Faites griller à sec les graines de courge.
  8. Après 15 minutes de cuisson, ajoutez les champignons dans le risotto, puis poursuivez la cuisson encore 3 minutes. Ensuite, intégrez les cubes de patate douce, les choux de Bruxelles, les ¾ de la sauge, le parmesan, le cottage cheese, un peu de sel et du poivre. Mélangez bien et faites cuire encore 2 minutes, pas plus. (La cuisson totale du risotto est de 20 minutes après réduction du feu).
  9. Dressez dans les assiettes en ajoutant les tomates séchées, les graines de courge, et le restant de sauge.
  10. Savourez chaud !

Vous allez penser que je me vante, mais franchement, nous nous sommes régalés. Mon Tendre a résumé son appréciation dans un soupir d’aise : « C’est simplement un délice. »

Nous avons dégusté ce risotto en l’accompagnant d’une portion de protéines pour avoir ainsi un repas équilibré : du saumon fumé pour moi et un filet de poulet rôti pour Monsieur.

Le repas du midi est un moment idéal pour apprécier un risotto car c’est un plat somme toute bourratif, avec une charge glycémique élevée. cela demandera donc un effort plus grand à notre organisme pour le digérer, raison pour laquelle nous préférons le manger le midi plutôt que le soir et ainsi se préserver une meilleure qualité de sommeil !

Quand je vous ai dit que c’était de l’impro, ce fut réellement le cas : j’ai mis dedans les champignons café qui étaient en train de se flétrir ; il me restait quelques choux de Bruxelles qui s’ennuyaient au fond du bac à légumes ; et puis il y avait ce pot de cottage cheese déjà entamé ; et le bocal de tomates confites à l’huile d’olive était quasiment vide, or j’en avais besoin pour le remplir avec des tomates séchées qu’un ami nous avait apporté. L’idée n’est pas tant de mettre tout ce qui me tombe sous la main ; mais bien de saisir les opportunités de ne pas faire de gaspillage tout en prenant soin d’équilibrer les saveurs et les textures dans un plat.

L’ajout du cottage cheese à la dernière minute est un clin d’oeil à mon amie italienne qui m’a appris à confectionner un risotto. Elle m’avait dit :

« notre secret à nous les Italiens, c’est qu’on doit avoir un risotto al dente i cremoso ». Vous les Français, vous faites trop cuire le risotto pour qu’il soit tendre, alors que nous, on le garde « al dente », mais on ajoute en fin de cuisson une généreuse cuillerée de mascarpone ou de ricotta, en plus du parseman, pour le rendre crémeux, et fondant. »

J’ai toujours gardé en tête cette superbe astuce qui, c’est vrai, fait une grande différence , une différence de gourmet ! 🙂

Je vous souhaite un bon appétit et une belle dégustation.

Nathy.

Post-Scriptum : Et si vous testez la recette et/ou que vous en faites votre propre adaptation, partagez moi vos avis et appréciations en commentaires ; ce sera vraiment plaisant.  🙂

Découvrez « Ma Cuisine Vitalité aux Huiles Essentielles » spécial anti stress.

Des recettes simples, gourmandes, parfumées ET santé pour (se) faire plaisir et devenir plus zen ! Et aussi des astuces détente grâce aux huiles essentielles. Le tout dans un E-book pratique et convivial.

Cliquez sur le bouton pour recevoir gratuitement cet E-Book directement dans votre boîte de courriels.

Je vous remercie de respecter le temps, l’amour, l’intention, l’argent, les essais parfois nombreux, l’inspiration créative, la réflexion souvent longue, la recherche nutritionnelle et la quête du goût que j’ai déployés dans l’élaboration de cette recette. Si vous souhaitez la partager à vos amis, sur un blog ou sur les réseaux sociaux, prenez soin s’il vous plaît d’en citer la créatrice et d’y intégrer le lien de ce blog. Merci.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.