Pars, Cours ! Véro , d’Aimée Verret.

Pars, Cours ! Véro est un excellent roman jeunesse à partir de 8 ans, signé de la plume de l’autrice québécoise Aimée Verret, publié en 2019 chez Les Éditions de Mortagne.

Aujourd’hui, te je propose un format spécial de ma chronique Les P’tits Mercredis puisque j’ai eu le grand plaisir de recevoir Aimée Verret en entretien pour lui faire part de mon avis de lecture et discuter de son livre.

Résumé

AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!!!!!

Ma vie est finie !

C’est la faute de monsieur Adam et de madame Claire, aussi ! Mon prof d’éduc et ma directrice ont fait installer des pneus dans la cour d’école. Ils sont carrément obsédés par la course à obstacles de fin d’année. Au point de mettre les élèves en danger ! Résultat ? Je me suis tordu la cheville devant TOUTE MA CLASSE. Adieu, mon rêve de danser le ballet !

Adieu, spectacle de Casse-Noisette !

Adieu, mon tutu et mes chaussons à pointes !

Adieu, mes plumes et mes magnifiques ailes d’ange !

Oui, oui ! Moi, Véro, je devais jouer un ange … Quand vous me connaîtrez, vous comprendrez pourquoi c’est un peu beaucoup surprenant !

Une lecture au rythme entraînant, où on apprend à surmonter les épreuves.

Mon avis en quelques points.

Véronica, dit Véro, c’est ce qu’on appelle chez moi « un petit piment » : un caractère très fort qui part dans de grosses colères très rapidement … et qui doit faire face aux répercussions de son comportement … y compris de passer à côté de son rêve le plus cher !

Pars, Cours ! : une collection de romans jeunesse.
Ce roman signé de la plume d’Aimée Verret fait partie d’une collection intitulée « Pars, Cours ! » et l’autrice nous explique le principe de celle-ci dans son entretien. Tu peux accéder à cet extrait directement : ICI.

À bas les stéréotypes.
Ce roman jeunesse a beaucoup de très beaux atouts à mes yeux, et le premier d’entre eux c’est de casser les codes ! Le récit met en scène une pré adolescente qui fait de la danse classique mais qui n’a strictement rien à voir avec le stéréotype de la petite ballerine douce, fragile, docile, un peu princesse … bien au contraire ! Et en matière de stéréotypes mis aux poubelles, Aimée Verret ne s’arrête pas là dans son roman, et ça fait du bien ! Je te laisse découvrir cela dans l’entretien vidéo. (clic) et aussi dans ce passage où l’on discute de la place du papa dans le roman : clic.

Le droit d’être en colère, le droit d’être sensible.
Dans ce roman, le personnage de Véronica nous affirme (avec tant d’humour !) que les filles aussi ont le droit de se mettre en colère (mais que c’est tout de même bien d’apprendre à gérer ses émotions), tandis que son ami Léo nous montre que les garçons n’ont pas à rougir d’être sensibles. J’aborde cet aspect dans la vidéo : ICI.

Une réflexion sur l’amitié
Que les relations amicales peuvent être délicates à gérer, et les enfants en font l’expérience dès l’entrée à l’école primaire. Ce roman nous offre une très belle réflexion sur le sens de l’amitié, la jalousie, les relations filles-garçons, la complexité des relations humaines. Pour moi qui ai eu quelques discussions avec ma nièce de 8 ans sur la délicate gestion des caractères et humeurs des « amies », j’ai particulièrement apprécié la manière avec laquelle Aimée traite ce sujet.

Se dépasser et surmonter
Il ne faut pas croire que l’enfance n’offre que de doux moments. Que nenni ! Les jeunes sont très tôt confrontés à des épreuves souvent qualifiées « d’injustes » dans leur expérience de la vie. Dans Pars, Cours ! Véro , nous pouvons voir une jeune héroïne qui est confrontée à elle-même, challengée sur son propre caractère et qui doit réussir à se dépasser pour garder sa meilleure amie et réinventer son rêve. Une belle mise en perspective de la façon de réagir face aux difficultés et déceptions que la vie sème sur notre route. Une très belle inspiration pour les enfants.

(Dans le roman, j’ai aussi eu un gros faible pour le personnage de Léo qui est amené à se dépasser lui-même malgré les moqueries dont il fait l’objet).
On en parle juste ici dans l’entretien avec Aimée : clic.

Un style très agréable, un rythme captivant.
Pars, Cours ! Véro est un récit à la première personne du singulier, porté par la voix et les humeurs de Véro elle-même. La narration est très bien construite : on « entend » complètement la voix de cette fillette. Cela permet de s’immerger entièrement dans l’histoire, et pour les jeunes de se reconnaître pleinement dans le discours et les propos. Le rythme est palpitant, plus proche du twist du hip hop que de la lenteur d’une arabesque classique. Et je n’ai pas réussi à compter le nombre de fois où j’ai éclaté de rire ou savouré un beau jeu de mots (dans la vidéo, j’en cite un que j’aime beaucoup en même temps qu’un extrait du roman : clic )

Des jeux de typographie originaux
Écrit en gros caractère avec un interligne important, l’épaisseur du livre ne doit pas rebuter le jeune lecteur car le livre se veut justement très accessible en terme de lecture.
Il présente des jeux typographiques fort originaux et bien pensés, créant beaucoup de relief et d’animation dans les pages. Un procédé très apprécié des jeunes lecteurs … mais qui rend le livre plus difficile d’accès aux enfants dyslexiques.
Aimée Verret nous en parle ici : CLIC.

À paraître le 19 novembre : Les cinq vies d’un renard glouton.

Découvre le chapitre 1 en avant-première et reçois d’autres bonus passionnants sur l’univers de ce conte ! Pour cela, inscris-toi en cliquant ICI.

Résumé :

Roselito est un renard à cinq queues, et c’est surtout un glouton qui ne pense qu’à son propre plaisir. Il ne mange que le meilleur de ses aliments : la tomate parfaite, le côté gauche des pommes, les oreilles droites des lapins … sans jamais partager avec personne !Hélas, arrive le jour où son île paradisiaque est dévastée en raison de ses mauvaises habitudes : il ne reste plus rien à manger.Dénichant une carte au trésor, Roselito entreprend un très long voyage, convaincu que ce trésor le mènera à un endroit de rêve : une caverne de nourriture infinie. Il doit déjouer bien des pièges pour atteindre sa destination, au bout du bout du Nord. Un vieux barbu en manteau rouge l’y accueille, et lui offre une chance de trouver la clé du véritable bonheur. Roselito saura-t-il changer son mode de vie pour honorer ce cadeau ?
Les cinq vies d’un renard glouton est un conte épique qui sensibilise au gaspillage alimentaire, et interroge l’enfant sur l’épanouissement personnel et les valeurs du partage.

Découvre en avant-première et gratuitement le premier chapitre … et quelques autres bonus exclusifs en attendant sa sortie officielle. Pour cela, clique ICI.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]