Lecture : PULL, de Claire Lebourg

 Est-ce que tu aimes les chiens ?

Personnellement, je les adore ! qu’ils soient petits ou gros … même si j’ai une préférence pour les gros chiens : j’ai l’impression que ça fait une plus grande dose d’amour. Ha ha ha !!!

Demain, jeudi 26 août, c’est la Journée mondiale du Chien. Cette journée a pour vocation de rappeler l’importance du lien unique et privilégié qui relie le chien et l’humain depuis des millénaires. À cette occasion, j’ai choisi de te faire découvrir un album illustré, destiné au 6 – 9 ans (mais moi, j’en ai 42 et j’ai tellement aimé cette lecture !), dont l’histoire raconte comment Pull, un bon gros chien réagit après qu’il se retrouve  sans son maître.

Voici le résumé du livre, disponible sur le dos de couverture :

Par la fenêtre, Pull voyait les autres chiens du groupe jouer de longues heures dans l’herbe. À la nuit tombée, ils couraient, faisaient claquer des portes, aboyaient et riaient dans ce train qui était leur maison.

Mais si Pull était là, c’est parce qu’il avait commis une chose terrible. Il avait abandonné son maître.


C’est, à mes yeux, un bel album illustré, avec des illustrations qui nous emportent bien dans l’univers très sympathique de ces chiens abandonnés vivant en communauté. J’ai trouvé fort original la façon d’aborder la thématique de l’abandon des animaux et de montrer la débrouillardise de ces toutous face à l’adversité, ainsi que la puissance de l’amitié et de la solidarité dans les épreuves.

Tu peux découvrir ma chronique en vidéo ici :


Voici quelques extraits du livre pour compléter ma chronique :

C’était un début d’après-midi du mois d’août. Ils avaient pris la voiture pour rejoindre la gare d’Austerlitz. Ils roulaient vite. Sur sa truffe, Pull sentait le doux parfum des vacances. Il était tellement heureux !
Arrivé sur le parking de la gare, Pull avait eu la mauvaise idée d’aller renifler une rangée de poubelles. Comme d’habitude, il n’avait pensé qu’à lui.
À son retour, son maître avait disparu.
Il l’avait appelé bien sûr, il avait crié son prénom en criant entre les voitures.
– Francis ! Francis !

 

 

Pull tomba malade à la fin de l’hiver. Un soir, qu’il était rentré à la maison, trempé et grelottant, il s’était couché sans manger et n’avait plus poser une patte à terre durant de longs jours.
Ses amis passaient régulièrement le voir , mais c’est surtout Mammouth qui avait pris les choses en mains. Elle lui apportait régulièrement des infusions au thym, lui faisait la lecture et secouait ses couvertures.

 

 

 

 

 


Si tu aimes les histoires d’amitié et de solidarité …

… je te propose de découvrir mon livre ZIZANIE EN CUISINE (clic): un conte philosophique pour le moins original qui t’entraînera dans une aventure gourmande !

 

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]