Une fresque historique haletante, un roman épique, passionnant, comme j’en raffole.

La religion de Tim Willocks est une fiction basée sur des faits historiques, qui empoigne le lecteur et le catapulte dans le coeur barbare et sanglant du Grand Siège de Malte en 1565., au cours dequel s’affrontèrent 40 000 soldats ottomans contre 600 chevaliers et 4500 mercenaires et miliciens.

Au milieu de cette boucherie inouïe, entre la croix et le croissant, je fus fascinée d’en apprendre davantage sur les moeurs, les us et coutumes de l’empire de Soliman le Magnifique, et des chevaliers de Jean de La Valette.
Je fus captivée par le parcours de Mattias le mercenaire et Carla la femme indépendante, par les personnages profonds et nuancés, les intrigues denses, les destins riches et impitoyables qui jalonnent cette grande oeuvre.
Un livre qui restera dans ma bibliothèque et que je relirai avec tout autant de plaisir, d’horreur et de passion.

Ce roman m’a inspiré la création de nouveaux biscuits santé, délicieux !, nommés Maltébec, à base d’amandes, de rhum et d’essence d’Orange. Ils ont eu beaucoup de succès à la dégustation, alors si vous voulez les testés à votre tour, la recette est ICI.

Nulle autre huile essentielle que celle de Myrrhe (Commiphora myrrha) peut le mieux incarner ce roman. Essence sacrée, mythique et millénaire, elle est celle qui soulage les plus grandes douleurs, qui apaise les martyres, qui accompagne les agonies de fin de vie. Sur le plan énergétique, la myrrhe aide à vaincre le poids de la souffrance et le chagrin du martyre. Elle permet de tranquilliser au plus profond l’âme agitée ou torturée, en détresse ou pleine de désarroi. Elle incite à protéger la vie, et son énergie enveloppe dans une protection d’amour qui permet au coeur de rester ouvert, même dans les grandes épreuves. Dans cet article, je vous propose 3 utilisations concrètes des atouts de l’huile essentielle de Myrrhe.

 


 

Découvrez Zizanie en cuisine, conte philosophique et récit « chasse au trésor » pour les 8 à 88 ans, écrit par Nathy d’Eurveilher et illustré par Frédéric Michel : CLIC