Lecture – LA CATHÉDRALE DE LA MER, d’Ildefonso Falcones

Je suis entichée de romans historiques, et tout particulièrement ceux dont l’action se déroule au Moyen-Âge. Quand, en plus, il est question en trame de fond de l’érection d’une cathédrale, tous les ingrédients sont réunis pour faire mon bonheur de lectrice.

Ildefonso Falcones a pris 10 ans pour ciseler ce petit bijou de littérature du genre qu’est ʟᴀ ᴄᴀᴛʜᴇ́ᴅʀᴀʟᴇ ᴅᴇ ʟᴀ ᴍᴇʀ.

Je suis passée par un florilège d’émotions, de tensions, de révolte et d’admirations tout au long de la narration de la vie palpitante d’Arnau Estanyol, fils de serf fugitif devenu Consul de la Mer.

Foi, persévérance, résilience sont au coeur de ce roman épique, richement documenté sur le plan historique, jamais au détriment de la qualité narrative.

Avec Arnau, héros imparfait, le lecteur reconnecte à la véritable philanthropie et la trajectoire accidentée d’un bel humain.

Par ailleurs, l’on ressent à tout moment l’amour immense de l’auteur pour ses véritables héros : Barcelone … et son peuple.

Ce roman m’a également procuré un sentiment particulier conjuguant familiarité et étrangeté. Connaissant les deux Catalognes – espagnole et française – qui n’en formait qu’une à l’époque du roman, ce fut comme un nouveau voyage pour moi d’accompagner les tribulations des personnages sur les routes de Barcelone, Figueras, Céret, et jusqu’à Perpignan parfois. Cela m’a offert un regard neuf sur cette région et son peuple.

Je suis bien reconnaissante à l’auteur d’avoir ajouté de précieuses notes en fin de roman, pour y distinguer faits historiques et éléments de fiction. Quelle ne fut pas mon immense surprise de découvrir que certaines actions que j’attribuais à l’imagination de l’auteur sont d’authentiques faits réels ! Et de découvrir par la même occasion que, contrairement à mon idée préconçue, ce n’est pas aux Anglais que l’on doit l’idée d’équiper un navire de canons de guerre, mais au roi Pierre le Cérémonieux de Catalogne, au cours d’une bataille des plus épiques.

En cours de lecture, mes irrépressibles élans gourmands m’ont fait apprécier des “tapas” maison sous forme de galettes de fromage de chèvre au safran, au poivre et à la cannelle, trois épices luxueuses qu’Arnau goûte à ses 18 ans.

Rapidement, l’huile essentielle que j’ai associée au parcours de ce héros est celle d’Origan compact (Origanum compactum). Pas seulement parce qu’elle est originaire de Méditerranée. Surtout parce qu’elle est reliée au chakra Muladhara, celui rattaché aux racines. L’énergie de l’HE d’Origan insuffle le courage et même la témérité. C’est une énergie de force qui permet d’aller de l’avant, de s’adapter aux imprévus et même de se dépasser … comme le fait le héros de ce roman magistral.

Recette des galettes de fromage de chèvre aux trois épices.

Ingrédients pour 16 galettes :

  • 150 g de fromage de chèvre frais (en bûche)
  • 90 g de farine
  • 125 ml de lait
  • 40 g de beurre salé
  • 1/2 cuillerée à café de cannelle moulue
  • 1 belle pincée de pistils de safran
  • 2 gouttes d’huile essentielle de Poivre noir (Piper nigrum)
  • 1 pincée de sel

Ma préparation :

Préchauffez le four à 350°F / 180°C.
Dans une casserole, faites fondre le beurre dans le lait avec le sel, la cannelle, le safran. Lorsque cela arrive à frémissement, retirez du feu et ajoutez la farine d’un seul coup. Mélangez vigoureusement à l’aide d’une cuillère en bois. Replacez sur feu doux et mélangez jusqu’à ce que la pâte se détache des parois.
Émiettez le fromage de chèvre et mélangez-le avec les deux gouttes d’huile essentielle de Poivre noir. Incorporez-le ensuite à la préparation, jusqu’à ce que cela forme une pâte homogène et qui ne colle plus aux parois de la casserole.
Couvrez une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé (papier parchemin) et déposez 1 cuillerée à café bombée de préparation sur la plaque. Continuez ainsi en prenant soin de bien espacer les boules de pâte sur la plaque, jusqu’à épuisement de la préparation… qui va s’étaler lors de la cuisson.
Enfournez pour 15 à 20 minutes de cuisson. Dans mon four, j’ai mis 20 minutes, mais surveillez votre cuisson : quand les galettes ont formé une base solide et sont légèrement dorées à la surface, c’est prêt.

Dégustez-les chaudes ou tièdes, en apéritif ou accompagnées d’une belle salade verte. Aimant beaucoup les mets sucrés salés, j’ai ajouté un peu de miel sur les galettes ainsi qu’un petit supplément de cannelle avant la dégustation : miam miam !

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]