« Le kilomètre zéro, l’instant où tout commence et tout s’achève dans la perfection »

Ce premier roman de Maud Ankaoua nous invite au voyage, pas seulement celui d’une ascension himalayenne au coeur du Népal, surtout celui de la découverte de soi. L’aventure de Maëlle, l’héroïne, nous entraîne pas après pas, refus après rejet après colère après révolte, préjugés après armures après masques après illusions, dans un abandon salvateur, dans une (re)connexion à l’essence de la Vie et au précieux de l’Humain.

Kilomètre Zéro est un livre d’amour inouï, d’amour de soi et d’amour des autres – et même si la partie romance dans le livre m’a un tantinet agacée un bout de temps, elle y a toute sa place et toute sa raison d’être.
ÊTRE, c’est ce chemin que nous invite à parcourir le roman, un roman à lire, … puis à relire.

Puis … laisser le sens des mots infuser en soi, tout en appréciant par petites gorgées cette délicate infusion ayurvédique – clin d’oeil au guide de Maëlle. Dans le chemin long et escarpé de la croissance personnelle, nombreuses sont les huiles essentielles idéales pour nous accompagner à chaque étape de notre cheminement.
Dans le cas de Maëlle, j’ai tout de suite pensé à l’HE d’Ylang ylang (Cananga odorata), parfaite pour celles d’entre nous, les femmes, qui se referment et se refusent à l’amour par crainte d’être blessées et déçues de nouveau. L’HE d’ylang ylang nous invite à nous reconnecter avec notre féminité, notre sensualité ; elle nous apporte ce réconfort et cette confiance intérieure nécessaires pour ouvrir de nouveau son coeur et accueillir l’autre dans son intimité. C’est une huile merveilleuse pour aider à reconstruire son identité de femme.
Et bien sûr, parce que l’histoire se déroule sur les contreforts de l’Himalaya, c’est l’occasion idéale de prendre aussi pour guide, une HE précieuse et considérée comme sacrée, celle de Nard de l’Himalaya (Nardostachys jatamansi) … le Nard que l’on retrouve dans la Bible, l’huile sainte de Marie-Madeleine, huile sacrée de l’érudite et de la mystique. Cette essence a le don double d’enraciner et de spiritualiser , elle relie à la terre et ouvre vers le ciel. Elle permet d’harmoniser l’ensemble de la personnalité, et dans la tradition ayurvédique, on y a recours pour « développer la conscience et renforcer l’esprit« .