Le petit astronaute, de Jean-Paul Eid (Coup de Coeur !)

Jean-Paul Eid, dessinateur, illustrateur et bédéiste québécois, nous offre un roman graphique intimiste et bouleversant avec Le petit astronaute, publié en mai 2021 aux éditions La Pastèque.

Mon avis de lecture en vidéo … ou la version plus détaillée, en texte après la vidéo.

Un panégyrique de la différence.

Le petit astronaute n’est pas une histoire de science-fiction. Tout au contraire, le récit est profondément ancré dans une réalité peu mise en ligne dans la littérature : celle d’un enfant qui naît avec un très lourd handicap, à savoir une paralysie cérébrale. Loin d’en faire un récit dramatique et sans non plus l’adoucir à coup de louche d’eau de fleurs d’oranger, Jean-Paul Eid nous transporte dans un panégyrique de la différence. Cette différence qui fait mal, qui bouleverse, qu’il faut assumer, qui transforme les vies … et surtout la profondeur des êtres telle des rayons de soleil qui réchauffent un ciel morne.

Résumé du livre :

Tous les ans, Juliette fait son pèlerinage en vélo dans le quartier de son enfance. Mais cette année, devant l’ancien appartement familial, une affiche: À vendre – Visite libre. En ouvrant, les portes de son décor de jeunesse, les souvenirs remontent. Les amis, les petits bonheurs, mais surtout l’arrivée bouleversante de son frère Tom: le petit astronaute. Attention, chef-dʹœuvre! Le petit astronaute de Jean-Paul Eid est une ode à la vie, une émouvante célébration de la différence à travers l’arrivée sur Terre dʹun enfant lourdement handicapé. Tom ne marche pas, ne parle pas, mais son sourire muet témoigne de son bonheur de vivre et redonnera un sens à la vie de toute une famille.

Une structure et un style très bien pensés.

Une structure de récit très bien construite, avec un prologue qui captive immédiatement le lecteur et qui dresse le décor avec des mots à double sens. La narration est rythmée au gré de la visite de son ancienne maison par Juliette, et l’alternance entre l’évocation des souvenirs et l’incursion du présent offre au lecteur des pauses, des respirations pour digérer et ressentir encore mieux l’histoire de Tom et de sa famille.

Les faits les plus durs sont évoqués avec pudeur sans pour autant se voir édulcorés. C’est un roman qui se lit plusieurs fois car il est riche de messages et ouvre de portes de réflexion tout en laissant au lecteur le choix de les franchir ou pas.
Je te lis un extrait choisi à titre d’exemple : ICI.

Un récit plein d’humanité.

C’est un récit plein d’humanité qui insiste sur le fait que même différents, ces enfants et ces adultes vivant des handicaps lourds sont de beaux humains avec lesquels nous avons tout à gagner en apprenant à les connaître, à les considérer, à les aimer.

Si tu le souhaites, voici un autre extrait pour illustrer mon propos : CLIC.

Un univers graphique envoûtant.

N’étant pas particulièrement férue de bande-dessinée, ma culture en la matière est plutôt réduite. Cela remonte à loin la dernière fois que j’en ai ouverte une.
Dans le cas de Le petit astronaute, je fus immédiatement séduite et même envoûtée par le coup de crayon de Jean-Paul Eid et ses choix de colorisation. Les illustrations superbes nous immergent pleinement dans l’ambiance du récit, avec la même alternance de douceur et de dureté que les propos.
L’équilibre est, de mon point de vue : parfait.

Un point de vue narratif très pertinent.

Ce que j’ai trouvé très intéressant dans ce roman graphique, c’est le point de vue choisi par l’auteur : celui de la grande soeur. C’est un point de vue à la fois interne et extérieur : interne parce qu’elle est impactée par la situation, et extérieur parce qu’elle est aussi observatrice de ce que vit ses parents et son frère.

Ce point de vue narratif, selon moi, a rendu l’histoire encore plus touchante parce qu’il offrait une vision à la fois plus globale et plus douce de cette situation si particulière et difficile. Plus douce car il y a forcément moins de « tripes » qui se déversent sur la table que si l’histoire était narrée par le père ou la mère ; et en même temps cette prise de recul permet complètement de se projeter dans les émotions, de les vivre et de les comprendre sans que celles-ci nous soient imposées avec des effets de « pathos ».

Cela ne m’a pas empêché d’avoir besoin de ma boîte de mouchoir à côté de moi : mon coeur est une petite chose hypersensible et ce roman l’a transpercé. Gratitude.

Une B.D. coup de coeur !

Malgré la dureté du sujet, il y a beaucoup de douceur dans cet album. Sûrement l’effet de la résilience puisque Jean-Paul Eid a choisi d’écrire cette histoire tirée de sa propre expérience avec son fils, alors que ce dernier vient tout juste de fêter son vingt-et-unième anniversaire.

Le petit astronaute de Jean-Paul Eid c’est avant tout une belle histoire, une histoire de bonheur familial, et c’est un livre à mettre entre tous les mains, des enfants à partir de 12 ans jusqu’aux plus âgés d’entre nous. Une pépite. Un coup de coeur.

Les cinq vies d’un renard glouton est le nouveau livre jeunesse signé par Nathy d’Eurveilher. Ce conte épique sensibilise à la thématique du gaspillage alimentaire. Il pose à l’enfant les questions du sens et de la responsabilité ; il explore aussi les valeurs du partage et de l’épanouissement personnel.

Clique ICI pour découvrir le résumé.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]