L’aromathérapie : médecine aromatique du corps et de l’esprit

//L’aromathérapie : médecine aromatique du corps et de l’esprit

L’aromathérapie : médecine aromatique du corps et de l’esprit

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

Selon le dictionnaire Larousse, l’aromathérapie est une « thérapeutique par ingestion, massage du corps ou inhalation d’huiles végétales ou essences aromatiques ».

Hum … un peu restreint comme définition, alors précisons en regardant l’étymologie du terme : en grec, aroma signifie arôme et therapeia signifie cure, soin, traitement. En ce sens, l’aromathérapie est l’utilisation à des fins médicinales des extraits aromatiques de plantes.

Donc, comme il s’agit bien de travailler les substances aromatiques, toutes les plantes ne sont pas considérées dans l’aromathérapie : uniquement, les plantes dites aromatiques que l’on peut distiller pour obtenir des huiles essentielles et des hydrolats. Par ailleurs, c’est seulement sous ces deux formes que l’aromathérapie utilise les plantes à des fins médicinales. Ce sont les deux points – sélection des plantes et forme d’utilisation – qui distinguent l’aromathérapie de la phytothérapie, la première étant une discipline spécialisée de la seconde.

L’art de la médecine par les plantes aromatiques et leurs extraits est pluri millénaire ; on le retrouve dans les archives de soins de l’Égypte ancienne, de la Grèce antique, de l’Inde ayurvédique, etc.

>Cependant, c’est à partir du début du XXème siècle, que cet art acquiert des lettres de noblesse en entrant dans le giron de la science grâce au chimiste René-Maurice Gattefossé. C’est lui qui inventera le terme « aromathérapie » et travaillera étroitement avec divers médecins pour établir une médecine alliant les techniques millénaires aux sciences modernes, sur la base des extraits aromatiques.

Dans la seconde moitié du XXème siècle, le Dr Jean Valnet, médecin et chirurgien, reprendra et poursuivra les prolifiques recherches de R-M. Gattefossé. Ce faisant, il contribuera au développement de l’aromathérapie scientifique telle qu’elle est connue et pratiquée aujourd’hui. En 1971, il créera l’Association d’études et de recherches en aromathérapie et phytothérapie, et publiera son ouvrage de référence Docteur Nature … et l’Ordre des Médecins le suspendra pendant un an de son droit de pratique.

Ce que j’apprécie avec l’aromathérapie – et plus largement avec la phytothérapie et l’herboristerie – , c’est que nous revenons à l’esprit premier de l’art du soin. Cet art n’a pas seulement pour objectif la guérison d’une maladie, mais aussi et en premier lieu la prévention, la préservation de la santé. Pour moi, c’est fondamental.

Dans cet art du soin, la Nature est la meilleure alliée et la Ressource Première du praticien de santé depuis des millénaires. De manière ancestrale, et du plus loin que remontent les preuves scientifiques historiques de la présence humaine, l’homme a utilisé les dons de la Nature, plantes et minéraux, pour se protéger, se soigner, se guérir aussi bien sur le plan physique que sur les plans mental et spirituel.

L’aromathérapie fait appel à la « quintessence » des vertus des plantes pour nous offrir des huiles très concentrées en principes actifs et donc très puissantes à l’usage.
C’est la raison pour laquelle, nous, praticiens en aromathérapie, réfutons le terme de médecine « douce » appliqué à l’aromathérapie. C’est une médecine naturelle, oui, mais une thérapeutique puissante. Il est donc essentiel de l’utiliser avec conscience, précaution, respect et avec les conseils d’un professionnel.

Pourquoi faire appel à l’aromathérapie ?

L’aromathérapie ne se pose pas comme une médecine alternative, mais comme une pratique thérapeutique complémentaire de la médecine conventionnelle.

Elle n’est pas non plus une médecine douce, mais une médecine naturelle aux puissants effets thérapeutiques.

L’aromathérapie est efficace et appropriée aussi bien dans une optique préventive que dans un objectif curatif.

Ses méthodes d’action sont variées et seront choisies d’une part en fonction de l’huile essentielle utilisée et d’autre part selon le type de résultat recherché : en application cutanée, en ingestion orale, en prise sublinguale, en administration rectale, en diffusion atmosphérique, et en olfaction.

L’aromathérapie intervient dans des domaines variés, que ce soit dans celui du confort et du bien-être, comme de la prévention des maladies virales et/ou bactériennes, également la régulation de désordres et faiblesses dans l’organisme (stress, fatigue, par exemple), ou encore du traitement curatif de pathologies identifiées.
Le praticien en aromathérapie n’est pas habilité à formuler un diagnostic médical ; c’est à partir de celui établi par un médecin que le traitement d’aromathérapie sera proposé, en complément du protocole médicamenteux délivré par le médecin.

Les huiles essentielles ont démontré leur efficacité dans la sphère des pathologies liées aux fonctions cardio-vasculaires, digestives, dermatologiques, de l’appareil respiratoire, du système immunitaire et du système nerveux autonome.

Les huiles essentielles donnent aussi d’excellents résultats dans la sphère dite « subtile », désignant ce qui relève du psychique, des émotions, et de la spiritualité.

Quintessence des vertus prodigieuses d’une plante, l’huile essentielle est également considérée comme « l’âme » de la plante, qui va interagir avec l’énergétique de la personne à qui elle est administrée. Elle va cibler les désordres au sein de l’organisme (causes des maux et pathologies) en actionnant les mécaniques d’auto-guérison du corps et du mental, et en stimulant ses ressources internes pour un retour à l’équilibre vital.

Parce que les huiles essentielles ont une action tant sur le plan physique de la matière que sur le plan subtil de l’esprit, l’aromathérapie offre une approche de thérapie holistique de l’être humain.

By |2017-09-26T18:49:09-05:00septembre 14th, 2017|Aromathérapie|1 Comment

One Comment

  1. Dominique septembre 27, 2017 at 6:19 - Reply

    Ce que j’ai pu en apprendre en quelques instants de lecture. WoW!

Leave A Comment

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]