Tous les jardiniers, même amateurs, qui prennent soin d’un potager, même urbain, sont confrontés à un moment donné aux ravages de petites bêtes baveuses aux airs inoffensifs et pourtant terriblement voraces en plantes potagères : les gastéropodes !

Plus spécifiquement au potager, ce sont les limaces et les escargots dont on devra se méfier pour s’assurer d’une bonne récolte.
Pour moi, pas question d’aller les tuer ! Ces petits rampants ont toute leur utilité dans la nature. Je vais donc simplement chercher à mettre en place des barrières pour les tenir éloignés de mes courgettes, salades, radis, kales et autres légumes dont ils raffolent.


Pour cela plusieurs options existent, mais je ne vais pas toutes les passer en revue, je ne suis pas non plus une experte en jardinage. Cependant, j’ai mes petits « trucs » efficaces, certains hérités des conseils de ma grand-mère qui avait une main verte extraordinaire, et d’autres de mes expériences d’aromathérapeute.

Pour établir mes barrières anti limaces, deux techniques que je conjugue :

1/ L’astuce de ma grand-mère : planter des coquilles d’oeuf autour des légumes dont les gastéropodes sont friands.
Pour cela, je fais d’abord sécher les coquilles d’oeufs, puis je les brise en gros morceaux, et les plantent de sortent que les crêtes de coquilles les plus tranchantes soit dirigées vers le ciel. En fait, c’est comme si j’érigeais un mur orné de tessons de bouteille pour éviter l’entrée des intrus dans mon périmètre.

2/ L’approche aromatique : utiliser certaines huiles essentielles qui ont un effet répulsif grâce à leur odeur sur les escargots et limaces. En voici quelques-unes :

  • l’huile essentielle d’Arborvitae (Thuja plicata), un des meilleurs insectifuges naturels que je connais – je l’utilise dans mes préparations anti puces pour les chiens, et dans mes produits ménagers pour l’entretien du bois afin d’éviter les termites et les mites dans les placards. Au jardin, elle sait aussi faire fuir les rampants.
  • l’huile essentielle de bois de Cèdre ou Genévrier de Virginie (Juniperus virginiana). Très connue pour lutter contre la cellulite et soulager les problèmes de rétention d’eau, cette huile essentielle a également un intérêt pour tenir à bonne distances les escargots et limaces.
  • les huiles essentielles de la famille des Abies, autrement dit des Sapins : Sapin de Sibérie (Abies sibirica), Sapin baumier (Abies balsamea), Sapin blanc pectiné (Abies alba Mill.) … et aussi le pin Douglas, cousin dont le nom latin est Pseudotsuga menziesii.
  • la synergie prête à l’emploi Terrashield de dōTERRA. Son nom générique est « mélange extérieur » ; elle combine les huiles essentielles d’Ylang ylang, de bois de Cèdre, de Cataire, d’Eucalyptus citronné, de Cyprès de Nootka, de Listée citronnée, d’Arborvitae. On comprend vite que c’est une experte dans la répulsion des insectes ! Je l’utilise aussi bien en application cutanée pour éviter d’être piquée par les moustiques, taons, et autres piqueurs de peau humaine, qu’en diffusion atmosphérique pour créer un espace de vie agréable en été en plein air. Et au jardin, elle découragera plus d’un intrus dans les plantes potagères !

Une fois que j’ai sélectionné une ou plusieurs de ses huiles, il y a également plusieurs modes d’utilisations. En voici quelques-uns :

  • Dans un flacon vaporisateur de 200 ml, déposez 10 gouttes d’huile essentielle et 1 cuillerée à soupe de vinaigre blanc. Secouez bien pour amalgamer les deux, puis complétez avec 200 ml d’eau. Ensuite, vaporisez cette préparation autour des plantes sur la terre (et PAS SUR la plante), en formant un anneau. Renouvelez la vaporisation régulièrement (une fois par semaine), et dans tous les cas après chaque épisode pluvieux.
  • Répartissez 5 à 10 gouttes d’huile essentielle directement sur les coquilles d’oeuf disposées en barrières autour de la ou des plante.s. De préférence, versez l’huile essentielle sur la face interne de la coquille car celle-ci absorbera mieux l’essence aromatique.
  • Découpez des petites lanières de linge en coton, par exemple dans un vieux torchon ou un vieux drap. Déposez 1 goutte d’huile essentielle sur chaque lanière de coton, et disposez celles-ci autour des plantes pour former un anneau de protection. Pensez à renouvelez régulièrement l’opération.
  • Quand je plante mes salades dans des jardinières en bois (comme c’est mon cas sur la photo ci-dessus), je dépose 1 goutte de Terrashield directement sur le bois de la jardinière, environ tous les 30 cm. Le bois absorbe l’huile essentielle et l’odeur répulsive persiste longtemps, sans affecter la croissance des légumes.

Si vous testez l’une ou l’autre de ces options, pensez à me faire part de vos commentaires sur votre expérience : cela me fera plaisir, et cela pourra aussi servir à d’autres !

Je vous souhaite un bel été au jardin et un fructueux potager bio et naturel !