Huiles essentielles exotiques pour l’hiver austral

/, Vie pratique/Huiles essentielles exotiques pour l’hiver austral

Huiles essentielles exotiques pour l’hiver austral

Lorsque l’on parle d’une île tropicale de l’océan Indien dans l’ hémisphère Sud, on a tout de suite l’image d’Épinal d’un climat chaud et ensoleillé qui dure toute l’année … et sûrement pas l’idée d’un hiver qui nous fait enfiler un pull polaire et dormir sous une épaisse couverture.
Et pourtant ! C’est bel et bien ce que nous vivons lorsque nous habitons sur l’île d’où je suis originaire : l’île de La Réunion.
Entre juin et septembre, c’est l’hiver austral et les mois de juillet et d’août peuvent se montrer très très « froids ». Bien sûr, maintenant que j’ai vécu mon premier hiver canadien pendant lequel j’ai expérimenté des températures à moins 40°C, je vais mettre « froid » entre guillemets car le chiffre des températures est relatif. Néanmoins, dites-vous que lorsque nous vivons à La Réunion, nous avons réellement froid, voire très froid avec de telles températures !

Et cette année 2018 fut classée en catégorie « hiver rigoureux » : les Hauts de l’île se sont recouverts de givre et de glace depuis fin juin ….

N’est-elle pas sublime cette photographie prise par Jonathan Payet ? Vous pouvez la retrouver sur sa page Facebook, que je vous recommande chaudement !

…. et en ce mois de juillet, il y a même eu des petites chutes de neige sur les sommets les plus hauts !
C’est un événement rare et même exceptionnel, mais qui s’est déjà produit en ce début du XXIème siècle, comme nous le rappelle cet article du Journal de l’île publié le 20 juillet dernier.

Et pour celles et ceux d’entre vous qui veulent en avoir plein les yeux de cet hiver austral sur l’Ile Intense (surnom de La Réunion), voici une vidéo qui devrait vous satisfaire :

Qui dit « hiver » dit « épidémies hivernales » et cela quel que soit l’endroit du monde ! La Réunion, Madagascar, l’île Maurice n’en sont pas épargnées. Et cette année justement l’épidémie de grippe est particulièrement virulente à La Réunion. Elle a même débuté de manière précoce, avant l’arrivée de l’hiver austral et dès le mois de mai, l’Agence Régionale de Santé avait malheureusement enregistré les premiers décès suite à la grippe. En date de la semaine dernière, c’est 32 000 cas recensés de grippe et l’hiver ne semble pas fini.

Or, il existe dans nos plantes endémiques ou typiques de chez nous, des trésors de la nature pour d’une part se prémunir de la grippe et d’autre part se soigner lorsque les premiers symptômes apparaissent. Elles sont nombreuses ces fameuses plantes médicinales ! Mais ici, aujourd’hui, je vais surtout m’attacher à vous faire découvrir les huiles essentielles exotiques qui seront bien précieuses pendant l’hiver austral.

En matière de prévention lors des épidémies virales, je suis une grande adepte des diffusions atmosphériques aux huiles essentielles. Elles permettent non seulement d’assainir l’air ambiant en réduisant la probabilité de prolifération des virus et bactéries, mais également de se protéger de manière indirecte par stimulation du système immunitaire, en sélectionnant les huiles essentielles appropriées.

En matière de diffusion atmosphérique préventive, j’apprécie d’allier l’utile à l’agréable, autrement dit d’allier un agréable parfum d’ambiance avec une visée pratique assainissante et antiseptique. Parce que, il faut bien se le dire, toutes les huiles essentielles n’ont pas une odeur sympathique ! Prenez par exemple le niaouili, et bien personnellement … hum hum … beurk beurk … je l’emploierai donc strictement à visée thérapeutique !

En outre, j’aime travailler mes parfums d’intérieur en mariant 3 huiles essentielles différentes pour créer un accord sur la base boisé-agrume-floral … même si parfois je m’autorise des dérogations ! Après tout, c’est moi qui suis maître à bord. 🙂

Voici donc une option que je vous suggère pour l’hiver austral, avec des essences aromatiques typiques  de l’île de La Réunion :
– 6 gouttes d’essence de combava … pour la note agrume
– 5 gouttes d’huile essentielle de cryptomeria …. pour le côté boisé
– 4 gouttes d’huile essentielle de iary …. pour la touche florale

Si vous avez l’habitude de réaliser des diffusions atmosphériques d’huiles essentielles, vous n’êtes pas sans savoir que le citron est la grande classique en matière de désinfection et d’aseptisation. La grande classique parce que la plus usitée …néanmoins, ce n’est pas la plus efficace (et pourtant le citron est très efficace !).
En effet, deux autres essences d’agrumes révèlent une action bien plus puissante que le citron comme assainissant de l’air : le pamplemousse, et le combava (citrus hystrix) ! C’est leur richesse en limonène qui confère cette propriété aux agrumes. Mais je vous le confirme, en tant qu’antiseptique atmosphérique, le combava est bien plus efficace que le citron, c’est pourquoi je l’adopte très volontiers en période d’épidémies hivernales. Et j’aime tellement son parfum qui me plonge dans mon enfance et dans ma culture culinaire réunionnaise !

Le Iary (Psiadia Altissima) est plutôt méconnu et c’est bien dommage car c’est une plante qui présente de nombreux intérêts thérapeutiques, tant sur le plan physique que sur le plan psychique. En malgache, on l’appelle aussi « dingadingana » en malgache, ce qui peut se traduire par « franchir le pas ». Cette dénomination est reliée aux propriétés subtiles et psycho-émotionnelles conférées à cet arbuste des hautes terres de Madagascar…. mais aujourd’hui, je ne m’étendrais pas sur ce sujet pour m’en tenir strictement à la sphère physique et au thème des maladies virales hivernales.
Sous la forme d’huile essentielle Iary est anti-infectieuse, antibactérienne, assainissante et purifiante atmosphérique. En prévention des épidémies de grippe ou de gastro typiques de l’hiver, elle est très utile pour assurer la désinfection de nos différents lieux de vie. Son usage en diffusion atmosphérique est également pertinent en raison des propriétés de Iary sur le système respiratoire et comme stimulante générale.

Enfin, pour la note boisée dans cette synergie, j’ai une préférence indéniable pour cryptomeria … parce que :

– je raffole de l’odeur de ce superbe arbre aromatique, un beau parfum tonique qui enveloppe et donne la pêche
– c’est une très très grande antibactérienne par diffusion, d’où son intérêt dans une optique de prévention des épidémies.
– en outre, elle est très utile pour calmer les maux de tête persistants, de même qu’elle a une excellente action sur les bronches, et on apprécie de la choisir en cas de bronchites pendant cet hiver austral.

 

Plusieurs huiles essentielles sont particulièrement indiquées dans cet objectif de diffusion atmosphérique à visée aseptisante :
– Citron
– Orange
– Combava
– Pamplemousse
– Ravintsara
– Pin sylvestre
– Iary
– Cryptomeria
– Manuka
– Eucalyptus radié
– Niaouli
– Sapin baumier
– Lavande aspic
– Citronnelle de Java
– Bois de rose
– Encens
– et d’autres

Autre stade de prévention : si autour de soi il y a une ou plusieurs personnes affectées d’une grippe, d’une bronchite ou d’une gastro-entérite virale, bref d’un de ces fameux virus de l’hiver.
Là, que ce soit un membre de la famille ou un collègue de bureau, mieux vaut à partir de ce moment-là, entamer une prévention plus proactive que la seule diffusion atmosphérique. Et cela va passer par la voie cutanée pour que les molécules des principes actifs des huiles essentielles pénètrent notre organisme afin de le protéger activement.

Il y a de nombreuses options et possibilités dans cet objectif. Je vous en propose une aujourd’hui avec des huiles essentielles typiques de La Réunion et de Madagascar.

Synergie Prévention – Voie cutanée :

Dans un flacon compte-gouttes en verre teinté d’une contenance de 30 ml, versez :

50 gouttes d’HE de Mandravasarotra (cinnamosma fragrans)       
35 gouttes d’HE d’Eucalyptus radié (eucalyptus radiata)
35 gouttes d’HE de Manuka (leptospermum scoparium)
25 ml d’HV de macadamia

Conseil d’utilisation :

Déposez 6 à 8 gouttes du mélange en massage le long de la colonne vertébrale matin et soir, et 2 gouttes en massage du plexus solaire, pendant 5 jours de la semaine, puis arrêt 2 jours, et reprise.
À faire pendant la période d’exposition directe, et pendant maximum un mois. Au-delà, veillez à demander conseil auprès de votre aromathérapeute.

Avec cette synergie, c’est une formule fort puissante que je vous propose , qui change du très classique et déjà efficace trio « ravintsara – eucalyptus radié – laurier noble ». Vous allez comprendre pourquoi avec ces quelques explications…

Le Saro, de son nom complet « Mandravasarotra » est une huile essentielle extraordinaire.
Autant son cousin le ravintsara est très populaire et fait partie des incontournables, en raison de sa facilité d’utilisation et sa très belle innocuité, autant on peut regretter que cette plante endémique de Madagascar ne soit pas plus utilisée tant ses pouvoirs thérapeutiques sont puissants.
Figurez-vous, pour la petite histoire, que les botanistes ont établi que le mandravasarotra, de son nom latin cinnamosma fragrans, est une plante archaïque qui remonte à l’ère des dinosaures, et qui fait partie de ces arbres aux feuillages persistants toujours verts. L’huile essentielle est distillée à partir des feuilles fraiches, ces fameuses persistantes particulièrement coriaces.
Les propriétés pharmacologiques du saro sont tout à la fois polyvalentes et puissantes, puisque les analyses scientifiques ont démontré qu’elles regroupent les actions thérapeutiques de trois huiles phares de la pharmacopée aromatique : le laurier noble, le ravintsara et le thym à thymol. Impressionnant !
Saro est donc une antivirale exceptionnelle grâce à la combinaison et la concentration d’alpha terpinéol, de terpinène-4-ol et de linalol.
C’est aussi une puissante anti-infectieuse, antibactérienne, antifongique, antiparasitaire. C’est une très intéressante immunomodulante particulièrement adaptée pour faire face aux épidémies virales ou bactériennes.
D’autres de ses caractéristiques en font une huile essentielle à recommander pour les pathologies de la sphère broncho-pulmonaires, y compris asthmatiques. Et son action neurotonique sera très apprécie à la fois en prévention et à la fois pour « remonter » les personnes épuisées et convalescentes d’une maladie infectieuse.
Le bonus, c’est qu’elle ne présente aucune contre-indication et qu’elle est très très bien tolérée … à condition d’en respecter les doses.

 

Concernant l’huile essentielle de Manuka, celle-ci n’est ni originaire de La Réunion ni de Madagascar mais de Nouvelle-Zélande.  Beaucoup plus connu désormais pour son fabuleux miel que pour son huile essentielle, Manuka est un autre petit chef-d’œuvre de la pharmacopée naturelle et traditionnelle, à l’image de Saro.
Une des huiles essentielles les plus connues et que (quasi) tout le monde possède dans sa trousse de base d’aromathérapie familiale, c’est le tea tree appelé arbre à thé (melaleuca alternifolia), et réputée comme une excellente antivirale et stimulante immunitaire, et comme une puissante antibactérienne à large spectre. Les recherches médicales et scientifiques de pointe ont démontré dans de multiples études son efficacité. Et bien, d’autres études ont révélé que l’huile essentielle de manuka est jusqu’à 20 fois plus puissante que celle de tea tree sur le plan anti-infectieux ¹ Imaginez ! Un vraie perle ! Elle a également de superbes propriétés antivirales, antimicrobiennens et antibactériennes, et elle est particulièrement recommandée en synergie avec l’eucalyptus radié pour la prévention et le traitement des infections respiratoires et ORL que l’on peut subir en période hivernale.

J’imagine qu’à ce stade vous avez compris pourquoi je vous annonçais que cette synergie est très puissante ! 🙂

À noter : cette synergie n’est pas adaptée aux femmes enceintes et allaitantes ni aux enfants de moins de 6 ans, en raison de la présence d’huile essentielle de manuka pour laquelle il existe ces contre-indications.

Si vous avez surévalué la performance de votre système immunitaire et/ou pas pris la peine d’agir à titre préventif (ce qui, personnellement, est TOUJOURS l’option que je préfère … et ce, parce que j’ai souffert de maladies pendant plus de 25 ans dans ma vie !), si donc un de ces virus qui se délecte de l’hiver a réussi à vous attaquer et vous impacter et que vous en ressentez les premiers symptômes, notamment un état fébrile … et bien, voici une synergie que je vous recommande vivement.

Synergie État fébrile :

Dans un flacon de 5 ml, vous versez :
25 gouttes d’HE de Katafray (cedrolepsis grevei)
25 gouttes d’HE de Coriandre (coriandrum sativum)
15 gouttes d’HE Fleurs jaunes (hypericum lanceolatum)
le reste du flacon à compléter avec de l’huile végétale de nigelle (cumin noir – nom latin : nigella sativa)

Conseil d’utilisation :
6 à 8 gouttes du mélange en massage du thorax et du haut du dos, 5 à 6 fois par jour pendant 3 jours.

Dans cette synergie, le choix de l’huile végétale est tout sauf anodin. Bien sûr, on peut diluer les huiles essentielles dans l’huile végétale dont on dispose déjà à la maison : amande douce, abricot, noisette, macadamia etc.
Cependant, pour l’efficacité de cette synergie je préfère de beaucoup marier les huiles essentielles sélectionnées avec de l‘huile végétale de nigelle, dont on profitera aussi des belles propriétés thérapeutiques. En effet, elle se caractérise par des propriétés immunostimulantes et antiseptiques grâce aux molécules de thimoquinone qui la composent. Elle est également antimicrobienne, anti-inflammatoire grâce au P-cymène. Et sa composition en nigellone en fait une huile bénéfique sur les pathologies respiratoires et ORL.

Excellent fortifiant et tonique général, le katafray est un arbre endémique de Madagascar et de la Réunion. Il est utilisé en pharmacopée traditionnelle à la fois pour ses propriétés antalgiques et anti-inflammatoires dans le soulagement des douleurs des articulations (arthrose et arthrite), et également comme fébrifuge efficace et reconstituant.
En cas de fièvre, on pourra aussi diluer 10 gouttes de katafray dans une noix de gel douche que l’on mettra dans un bain frais à tiède (pas chaud !), pour soulager les douleurs liées à l’état fébrile.

L’huile essentielle de fleurs jaunes, dont le nom latin est hypericum lanceolatum, est issue d’une plante typique de l’île de La Réunion, inscrite au répertoire de la Pharmacopée française. La fleur jaune est surtout connue comme dépuratif ou comme régulatrice hormonale de la femme et employée sous forme de potion, l’huile essentielle de fleurs jaunes mérite d’être davantage utilisée et répandue pour ses vertus immunostimulantes et ses propriétés fébrifuges. En outre, c’est une plante précieuse pour passer l’hiver car son action stimulante générale et tonique en fait une alliée de choix pour les personnes très fatiguées, souffrant de maladies chroniques ou en convalescence.

Si elle est principalement réputée pour ses propriétés thérapeutiques sur la sphère digestive, il ne faut pas oublier que sa grande richesse en linalol fait de la coriandre une huile essentielle de qualité pour ses actions anti-infectieuses, antivirales et antibactériennes importantes. En synergie avec d’autres huiles elle est intéressante pour lutter contre les états infectieux qu’ils soient viraux ou bactériens.

Je vous rappelle que la fièvre est un état à prendre au sérieux, qu’il est indispensable de boire régulièrement et en quantité (pas de boisson froide ni de sodas) pour éviter la déshydration, et que si elle persiste il est important de consulter un médecin.

J’espère que vous aurez fait une belle découverte des huiles essentielles exotiques qui sont particulièrement indiquées en hiver ! Et que ces synergies vous permettront de profiter de votre vitalité pendant tout l’hiver austral !

À bientôt,
Nathy.

¹ Harkenthal M et al. Comparative study on the in vitro antibacterial activity of Australian tea tree oil, cajeput oil, niaouli oil, manuka oil, kanuka oil, and eucalyptus oil. Pharmazie, 1999; 54(6): 460-463. Cited in Quintessential Aromatics database, 2013.

Seul votre médecin traitant est apte à établir un diagnostic de votre état de santé. Les conseils et recommandations du présent site web ne constituent en aucun cas un diagnostic ni une prescription médicale.  Ils ne se substituent ni ne remplacent en aucun cas votre traitement médical qui ne doit pas être modifié sans l’avis de votre médecin. Les huiles essentielles, les compléments nutritionnels et autres produits naturels cités ne remplacent en rien les médicaments qui vous ont été prescrits; si les symptômes persistent ou s’aggravent, consultez votre médecin traitant.
By |2018-08-07T11:43:03-05:00juillet 27th, 2018|Aromathérapie, Vie pratique|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]