Arrêter un saignement de nez en quelques secondes avec les huiles essentielles

/, Vie pratique/Arrêter un saignement de nez en quelques secondes avec les huiles essentielles

Arrêter un saignement de nez en quelques secondes avec les huiles essentielles

Épistaxis, c’est le terme médical employé pour désigner un saignement de nez. Celui-ci peut survenir à tout moment, et bien que cela ne soit pas douloureux, il peut parfois nous mettre dans l’embarras. On appréciera alors de pouvoir le stopper le plus rapidement possible.

Généralement, le saignement de nez est un phénomène tout à fait bénin, c’est-à-dire sans gravité… même s’il peut être très spectaculaire !

La muqueuse nasale, un réseau riche en vaisseaux sanguins.

L’intérieur de notre nez est composé d’un très grand nombre de petits vaisseaux sanguins fins et fragiles. Il s’y trouve à environ 1 cm de l’entrée de la cavité nasale une zone très particulière appelée  » tâche vasculaire de Kisselbach » : c’est là que se rejoignent deux réseaux artériels qui permettent cette très grande vascularisation de notre nez, et c’est un élément fondamental d’une des missions majeures de cette partie de notre corps.

En effet, notre nez n’est pas seulement l’organe qui nous permet de jouir de l’odorat et donc d’un de nos sens très précieux … surtout en aromathérapie !
Il a également pour mission de réchauffer l’air qui pénètre dans nos narines lorsque nous respirons avant que cet air arrive aux poumons. Sans ce phénomène préalable, nous subirions un refroidissement interne qui fragiliserait nos bronches et nous rendrait plus vulnérable.

(le corps humain est une mécanique de pointe qui relève du plus grand génie créateur !)

Le réseau de petits vaisseaux sanguins est donc là, entre autres, pour jouer ce rôle de « chauffage » de l’air entrant.
Mais, d’un côté la muqueuse nasale est extrêmement fine et d’un autre côté nos cloisons nasales sont plutôt fragiles, ce qui fait que de tout petits gestes anodins peut faire éclater un ou plusieurs vaisseaux sanguins … et provoquer l’épistaxis.
Un éternuement, un frottement, un grattage le doigt dans le nez, un mouchage un peu trop énergique, ou même un brusque changement de température (très froid à chaud) ou bien une atmosphère intérieure trop sèche (comme c’est souvent le cas en hiver) sont autant de causes de déclenchement du saignement de nez.
Certaines autres raisons augmentent la probabilité de l’épistaxis : la grossesse, la fièvre, les menstruations, l’hypertension artérielle (et du coup, une très forte contrariété ou une grosse colère peuvent faire apparaître un saignement de nez), les traitements anti-coagulants, etc.

Un éternuement peut provoquer un saignement de nez

Bons et mauvais réflexes immédiats

Très souvent, le premier réflexe que l’on a lors d’un saignement de nez est de relever la tête en arrière : TRÈS MAUVAISE IDÉE !
C’est sûr que l’on ne va plus voir le sang couler sous nos yeux, dans notre assiette ou sur notre chemise … mais tout ce que l’on fait, c’est au lieu d’évacuer le sang, on va le renvoyer vers la gorge, on va le déglutir, et il va finir dans nos intestins ! Surtout, on ne va pas pouvoir mesurer l’éventuelle gravité du saignement.
Donc, le bon réflexe est de pencher la tête en avant !

Très souvent, le 2ème réflexe que l’on a lorsque l’on saigne du nez, c’est d’introduire une boule de coton dans la narine : ERREUR ! Car du fait de la texture même du coton, quand on va retirer celui-ci, on va alors arracher le caillot qui se sera formé … et on a de fortes chances de déclencher de nouveau le saignement !
Au lieu d’enfoncer du coton, mieux vaut commencer par se moucher un bon coup afin justement de faire en sorte d’éjecter le caillot de sang

Avoir recours aux huiles essentielles pour arrêter le saignement.

Trois huiles essentielles sont particulièrement indiquées pour faire face à l’épistaxis, et deux d’entre elles font partie de ma trousse d’aromathérapie familiale :

1/ L’huile essentielle de Géranium rosat (pelargonium graveolens)

C’est celle que je vais utiliser en première intention lorsque le saignement est léger.
Ce fut par exemple le cas, un dimanche matin avec notre petite-fille Luvia qui s’est mise à saigner du nez en sortant de son lit.

On n’introduit pas l’huile essentielle dans la cavité nasale !

2/ L’huile essentielle d’Hélichryse italienne (helichrysum italicum), également appelée Immortelle.
C’est celle que je vais choisir :
– soit en première intention si le saignement est fort abondant,
– soit en seconde intention si après 1 à 2 minutes je vois que l’huile essentielle de Géranium rosat n’est pas suffisante pour stopper l’écoulement de sang.

NB : l’HE d’Immortelle est déconseillée aux femmes enceintes.

Fleur d’hélichryse italienne, à partir de laquelle est distillée l’huile essentielle.

3/ L’huile essentielle de Ciste ladanifère (cistus ladaniferus)
Tout comme les deux précédentes, cette huile essentielle est fort réputée pour ses propriétés hémostatiques, autrement dit pour ses capacités à arrêter un saignement, une hémorragie.
C’est donc aussi une belle option face à une épistaxis.

NB : l’HE de Ciste ladanifère est déconseillée pendant le premier trimestre de grossesse.

Comment utiliser l’huile essentielle en cas de saignement de nez ?

Tout d’abord, première règle fondamentale à retenir : on n’introduit JAMAIS d’huile essentielle à l’intérieur du nez (ni à l’intérieur des oreilles).

Cas de figure n°1 : saignement léger.

Je vais déposer 2 gouttes d’huile essentielle sur un coton-tige et placer celui-ci simplement à l’entrée de la cavité nasale, sans l’y introduire.
Je vais également déposer 1 goutte pure sur la cloison nasale, à l’extérieur.
L’huile essentielle va agir par capillarité et ses molécules hémostatiques vont remonter jusqu’à la source du saignement pour endiguer celui-ci.
Et son action va être rapide, de 15 à 30 secondes généralement.
C’est une des raisons pour lesquelles je vais préférer l’HE de Géranium qui est parfaitement tolérée par les peaux fragiles, que l’on peut utiliser sur les jeunes enfants et même avec les femmes enceintes.

Cas de figure n°2 : saignement plus important.
Je vais déposer 1 goutte d’huile essentielle juste sous la narine qui saigne, à même la peau, à l’orée de la cavité nasale ; et 1 autre à l’extérieure de la cloison nasale.
Je vais tremper une bande de gaz stérile dans de l’eau froide voire glacée, l’essorer et y déposer quelques gouttes d’huile essentielle hémostatique.
Je vais appliquer la bande de gaz à l’entrée du nez et effectuer une compression digitale sur le flanc de la narine.
Je vais patienter 1 à 2 minutes ainsi.

Avec les huiles essentielles, je n’introduis pas la compresse ni de mouchoir à l’intérieur de la narine. Je me contente de boucher l’entrée de la narine avec la compresse froide d’huile essentielle.

L’anecdote d’Highlander ….

Il y a quelques temps de cela, un ami vient souper chez nous. Au moment où nous passons à table, un gros éternuement lui provoque un saignement de nez.

Je me lève immédiatement pour aller chercher l’huile essentielle de Géranium tandis que lui, par réflexe, penche la tête en arrière. Je lui dis d’aller à la salle de bain et de pencher sa tête en avant dans le lavabo, puis je lui applique l’huile essentielle de Géranium.
Notre ami est pas mal sceptique sur les huiles essentielles, et quand il voit que le saignement continue, il ricane gentiment sur mes soi-disant « techniques miracles ».
Il faut dire qu’il pissait du sang pour de bon : une belle hémorragie. Donc je file prendre le flacon d’huile essentielle d’Immortelle tout en lui posant les questions d’usage : médication ? hypertension ? ça t’arrive souvent ? etc. Rien de tout cela. Je lui explique donc que je vais lui mettre une autre HE, qui s’appelle hélichryse italienne ou Immortelle et qu’elle est plus radicale que la première. J’applique donc ma méthode. Malgré son scepticisme, il me laisse faire car il n’a pas vraiment le choix. Je lui dis « si ça saigne encore dans 5 minutes, tu as droit au 91(*) ». Il grimace … puis me regarde avec des yeux ronds comme des billes : le saignement s’est interrompu aussi brusquement qu’il avait commencé. Et je n’avais rien enfoncé dans son nez contrairement à ses directives.
Je lui retire la compresse de gaz, lui remets 1 goutte d’hélichryse autour de la narine … et nous poursuivons notre souper beaucoup plus tranquillement et sans plus en parler.
Au moment de partir en fin de soirée, notre ami me dit  » tsé, tu m’as impressionné en sacrement avec tes huiles. Ça marche que sur les saignements de nez ou ben ? »
 » – ça marche sur les saignements de nez, mais aussi les coupures, les griffures, les petites plaies, etc, lui dis-je en souriant.
– Pis, toi tu en vends de ces huiles là, n’est-ce pas ?
– Oui, j’en vends. Je suis aussi conseillère dōTERRA.
– On peut- tu prendre un couple de minutes pour que je te commande du highlander ? »
Là, j’ai mis un certain temps à réagir, jusqu’à ce que j’éclate de rire en comprenant son association d’idée !
« – ahhhhh … tu veux m’acheter de l’huile essentielle d’Immortelle, c’est ça ? Alors, allons-y, on se refait une tisane et on s’occupe de ta commande.
– cool ! ça va ben m’aider : quand je fais mes réno, je suis le roi pour me blesser et pisser le sang. »

(*) Pour mes lecteurs/lectrices qui ne sont par d’Amérique du Nord, le 911 est le numéro d’appel des urgences.
Par ailleurs, l’expression « on peut tu » est typiquement québecoise, elle exprime une interrogation et se traduit par « est-ce qu’on peut ? » On diras par exemple « tu comprends tu » pour dire « est-ce que tu as compris ? »
Enfin, pour les plus jeunes ou les moins télévores, explication de l’anecdote : Highlander est une référence à la série télé des années 90 qui mettait en scène Duncan McLeod, un immortel de quelques 400 ans qui fait des combats à l’épée – et non au sabre laser – pour décapiter les têtes d’autres immortels – et non des mains droites. 🙂

Quand avoir recours à une intervention médicale ?

  • Des saignements de nez qui surviennent à une fréquence importante réclament de faire vérifier son état de santé auprès de son médecin de famille.
  • Par ailleurs, un saignement de nez hémorragique qui dure trop longtemps (+ de 10 minutes) va également nécessiter une intervention médicale.
  • Si la personne souffre d’hypertension, il sera préférable après un saignement de nez de faire vérifier soit par le médecin ou par le pharmacien s’il n’y a pas eu de montée de la tension artérielle et lieu d’aménager le traitement médicamenteux éventuel.
  • Si la personne est sous traitement anti-coagulant ou d’aspirine et que l’épistaxis a été soit majeure ou bien qu’elle revient régulièrement.


Seul votre médecin traitant est apte à établir un diagnostic de votre état de santé. Les conseils et recommandations du présent site web ne constituent en aucun cas un diagnostic ni une prescription médicale.  Ils ne se substituent ni ne remplacent en aucun cas votre traitement médical qui ne doit pas être modifié sans l’avis de votre médecin. Les huiles essentielles, les compléments nutritionnels et autres produits naturels cités ne remplacent en rien les médicaments qui vous ont été prescrits; si les symptômes persistent ou s’aggravent, consultez votre médecin traitant.

By |2019-06-03T18:15:34-05:00mars 19th, 2019|Uncategorized, Vie pratique|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

[index]
[index]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]
[523.251,659.255,783.991]